Description


Apparentée très souvent à la violence faite aux femmes, la violence basée sur le genre (VBG) est loin d’être ce que beaucoup de gens pensent. La VBG consiste en toutes formes d’actes physiques ou psychologiques que subit une personne (femme ou home) de tout âge à cause de son sexe.  Elles sont du genre physique, sexuel et même psychologique.  L’abus sexuel, le harcèlement, les injures, la prostitution forcée, la discrimination sexuelle, pour ne citer que ça sont des formes de violence.  Les violences enregistrées au sein des familles, sur le lieu de travail, dans les établissements scolaires, à l’église et dans divers autres endroits font aussi partie des VBG. 

Les efforts concentrés davantage sur les violences dont sont victimes les femmes, celles subies par les handicapés, les LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels et Transgenres), les enfants «restavèk» en particuliers, les vieillards dans les asiles et mêmes dans leurs familles, entre autres, sont presque oubliées.

L’enquête EMMUS V a montré qu’en Haïti, 28 % des femmes entre 15 et 49 ans ont subi des violences physiques depuis l’âge de 15 ans et 13 % ont été victimes de violence sexuelle à un moment de leur vie.  Certaines institutions étatiques comme, le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) et le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) ont déployé de nombreux efforts contre la VBG. Cependant, une meilleure consolidation des actions de l’État en ce sens serait bienvenue. Les instances internationales paraissent aussi très motivées par cette lutte et s’engagent.

KONBAT VYOLANS, vient en support à cette lutte, en appuyant les activités de six (6) partenaires de mise en œuvre haïtiens, visant à réduire la VBG en Haïti.  Un objectif qui ne peut être atteint sans l’implication des instances étatiques.  En effet, face à l’immensité de cette lutte, il faut la convergence des forces multisectorielles pour obtenir des résultats.

Proposer des projets de lois, les voter, les exécuter, renforcer la capacité des institutions pour une prise en charge efficace des victimes, assister légalement les victimes, promouvoir une société sans violence, sensibiliser la population sur les conséquences des violences sont autant de travail à faire.  Et chaque secteur, qu’il soit public ou privé a un rôle à jouer et à s’impliquer.

  • Konbat Vyolans